Nouvelles

Les humains ont détruit 60% de tous les animaux au cours des 50 dernières années

Les humains ont détruit 60% de tous les animaux au cours des 50 dernières années


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le WWF met en garde: la population de vertébrés a chuté de 60%

«La terre est confrontée à un burn-out», prévient l'une des plus grandes organisations internationales de protection de la nature et de l'environnement. Un rapport actuel montre que les humains ont réduit la population de tous les vertébrés sauvages de 60 pour cent au cours des 50 dernières années. Ceci est principalement le résultat de la surexploitation humaine de la nature.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a récemment publié un rapport effrayant qui montre que la population mondiale de mammifères, d'oiseaux, de reptiles, d'amphibiens et de poissons a considérablement diminué. Les humains ont réduit la population de tous les vertébrés de 60%. La population d'animaux d'eau douce avait même chuté de 83 pour cent. En outre, plus de la moitié de tous les coraux ont été détruits au cours des 30 dernières années. Le "Living Planet Report 2018" peut être consulté gratuitement sur le site Web du WWF.

L'homme bat mère nature

«La pression sur les populations animales due aux activités humaines a encore augmenté», écrivent les écologistes du WWF. L'utilisation croissante des espaces naturels, la déforestation, la chasse illégale, la surpêche et l'agriculture non durable ont assuré en seulement 50 ans que plus de la moitié de tous les animaux sauvages ont disparu.

Statistiques vertigineuses

Le WWF décrit les derniers chiffres, qui décrivent les effets des activités humaines sur la faune, les forêts, les océans et les rivières, comme vertigineux. L'organisation environnementale a comparé les populations animales actuelles de plus de 4 000 espèces de vertébrés à celles d'il y a 50 ans et a constaté une perte dramatique. Le pire des cas est le déclin des espèces animales d'eau douce en Amérique centrale et du Sud. Ici, le stock avait diminué de 94 pour cent. En outre, 20 pour cent de toute la région amazonienne et environ la moitié de tous les stocks de corail ont été détruits.

Nous prenons plus que la terre ne peut en supporter

«Au cours des 50 dernières années, la demande de biens naturels a énormément augmenté», écrivent les experts environnementaux du WWF. Les êtres humains consomment actuellement les ressources de la terre plus rapidement que la nature ne peut les renouveler. Le WWF s'appuie sur des calculs qui montrent que notre consommation actuelle nécessiterait 1,7 sol pour couvrir cela. Mais nous n'avons qu'une seule terre.

La Suisse comme exemple négatif

Selon le WWF, la Suisse a même besoin de trois sols pour satisfaire à long terme la soif actuelle de ressources. Il y a plus d'espèces animales menacées en Suisse que dans tout autre pays. «Plus d'un tiers des espèces de plantes, d'animaux et de champignons en Suisse sont considérées comme menacées, 255 espèces ont déjà disparu», selon le WWF. La qualité des habitats naturels continue de décliner, même dans les zones protégées.

Quelle est la valeur de notre nature?

«Nous devons de toute urgence repenser la manière dont nous utilisons la nature et la valeur que nous y attachons - culturellement, économiquement et dans notre agenda politique», prévient Thomas Vellacott, directeur général du WWF Suisse, dans un communiqué de presse sur le rapport. Un avenir sain et durable pour tous n'est possible que sur une planète où la nature prospère.

La protection de l'environnement est aussi la protection de l'homme

Outre le déclin des vertébrés, l'augmentation rapide de la mortalité des insectes est également préoccupante. «Dans les forêts, les océans et les rivières, nous avons besoin d'une vie diversifiée avec des plantes et des animaux sains», explique Vellacott. La nature est indispensable à l'humanité! Le WWF fait maintenant campagne pour un nouvel accord mondial entre les humains et la nature. Cet accord devrait inclure des accords politiques internationaux et se concrétiser d'ici 2020.

Quel avenir voulons-nous?

Après tous ces chiffres difficiles à digérer, il y a aussi quelque chose de positif à signaler. Les changements ont un effet: comme le rapporte le WWF, la population de baleines à bosse, de pandas et de tigres en voie de disparition s'est rétablie ces dernières années grâce à des mesures de protection. «Cette bonne nouvelle doit devenir la norme», souligne Vellacott. Mais pour cela, nous aurions besoin d'un demi-tour complet au lieu de continuer comme avant.

2020 sera jugé sur la nature

Selon le WWF, de nombreux processus politiques sont actuellement en cours qui offrent une opportunité unique de contenir la perte de biodiversité. En 2020, les dirigeants passeront en revue les progrès du développement durable (ODD), l'Accord de Paris (CCNUCC) et l'accord sur la biodiversité (CDB). «C'est pourquoi nous appelons les citoyens, les entreprises et les gouvernements à se mobiliser et à mettre en œuvre un accord global pour la nature et les hommes en 2020», résume Vellacott. Ici, tout le monde est interpellé: les États, les entreprises, le monde de la finance, la science, la société civile et chaque individu. (v)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Animaux trop Humains: Entraide Animale Documentaire (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Avalloc

    Senks pour les informations et un respect distinct pour le lecteur et le buzz! :)

  2. Mecatl

    Et que ferions-nous sans ta merveilleuse phrase

  3. Groran

    Vous avez tort. Écrivez-moi dans PM, discutez-en.



Écrire un message