Symptômes

Maux de dents - causes, thérapie et remèdes maison efficaces

Maux de dents - causes, thérapie et remèdes maison efficaces


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les maux de dents légers ou sévères sont l'une des douleurs les plus courantes et peuvent devenir une agonie insupportable pour les personnes touchées. Dans la plupart des cas, une dent endommagée ou malade est le déclencheur, mais la cause peut également être dans la mâchoire supérieure ou inférieure, dans les sinus, les oreilles ou même dans les yeux. En plus de cela, il existe un certain nombre d'autres causes telles que de graves grincements de dents (bruxisme), une prothèse mal ajustée, des migraines ou des maladies des nerfs faciaux telles que la névralgie du trijumeau.

Dans des cas plus rares, les maux de dents peuvent être le signe d'une crise cardiaque. En conséquence, il est essentiel de consulter un dentiste pour un mal de dents afin de clarifier la cause de la plainte et de la traiter en conséquence - car en plus des plaintes aiguës, il existe un risque que des agents pathogènes provenant de l'inflammation dans la bouche puissent pénétrer dans la circulation sanguine et donc dans d'autres parties du corps. Parallèlement aux approches médicales conventionnelles, il existe divers remèdes naturels pour les troubles dentaires qui peuvent apporter un soulagement et contribuer à la guérison.

Mal de dents: définition et symptômes

On entend par plaintes dentaires une sensation de douleur souvent massive et persistante, qui émane des dents. La douleur peut initialement être relativement faible puis devenir progressivement plus forte, mais il est également possible qu'elle survienne soudainement et sous une forme forte. Dans de nombreux cas, les symptômes sont chroniques et les poussées récurrentes sont assez fréquentes. À l'avance, il arrive souvent que les dents individuelles soient très sensibles aux stimuli tels que le froid, la chaleur, la pression ou même les aliments sucrés ou acides. Cela devrait déjà être interprété comme un signe d'avertissement clair indiquant que quelque chose ne va pas avec les dents ou qu'une plus grande attention doit être accordée aux dents dans leur ensemble.

Le mal de dents - même s'il n'est pas si fort - conduit rapidement à un gonflement de la région de la bouche, qui se manifeste par une «joue épaisse», souvent enflée et rougeâtre. Dans de nombreux cas, les maux de dents se manifestent sous la forme de douleurs lancinantes. Si l'extérieur de la dent (émail dentaire) est endommagé, par exemple par des blessures, des bactéries ou une pression, il peut également être ressenti comme ennuyeux, terne ou piquant en raison des fibres nerveuses irritées.

Selon la cause, la forme et l'intensité de la douleur peuvent varier considérablement et non seulement paraître limitées aux dents, mais aussi irradier dans la mâchoire, le dos, le bras, l'estomac ou la tête, par exemple. Les maux de dents sont perçus par de nombreuses personnes comme la pire douleur jamais vécue et entraînent donc une altération extrême du bien-être. Heureusement, cela signifie qu'un médecin est généralement consulté assez rapidement - ce qui est également nécessaire dans tous les cas, car un traitement tardif ou non peut entraîner de graves risques pour la santé.

Comment une dent est-elle structurée?

Dans la bouche d'un adulte, il y a généralement un total de 28 ou 32 dents sur la mâchoire supérieure et inférieure - selon que les quatre dents de sagesse sont toujours présentes ou non. Lors de la construction des dents, une distinction approximative peut d'abord être faite entre trois domaines: la racine de la dent, le col de la dent et la couronne de la dent. La racine de la dent (lat.: Radix dentis) est la partie qui se trouve sous la couronne de la dent et fixe la dent dans un renfoncement de la mâchoire (périnée dentaire). La transition de la couronne de la dent à la racine de la dent est le col de la dent, qui forme un site de prédilection de la carie, car la dent ici est relativement non protégée et donc très sensible aux caries dentaires. La couronne de la dent représente finalement la partie visible.

Une dent se compose de trois couches qui protègent la dent de la douleur: la dentine en forme d'os (dentine) forme la masse principale de la dent, qui forme la dent entière avec couronne et racine. La dentine se trouve sous la forme d'un noyau jaunâtre à l'intérieur de la dent et est enfermée dans la zone de la racine par du ciment dentaire et des gencives et maintenue dans la cavité osseuse par un maillage de fibres.

Dans la zone de la couronne, la dentine est entourée par l'émail, qui est la substance la plus dure du corps et ne peut être travaillée qu'avec un foret diamant. L'émail (techniquement: Enamelum) peut être blanc, jaunâtre ou opaque (opaque) et se compose de presque 100% de substances inorganiques (calcium, hydroxyapatite). Comme il n'est pas alimenté en sang, il s'agit d'une «substance morte», que l'organisme ne peut pas régénérer en cas de dommage. Cette couche protectrice est nécessaire car la dentine en dessous est plus douce et donc moins bien armée contre les attaques d'acides et de germes.

La troisième couche forme la pulpe à l'intérieur de la dent, qui s'étend de la couronne de la dent à la pointe de la racine de la dent et est traversée par des nerfs et des vaisseaux sanguins, qui à leur tour aboutissent dans l'os de la mâchoire via le canal radiculaire.

Causes des maux de dents

Normalement, une dent saine est bien préparée contre les «attaques» de l'extérieur par l'émail et les gencives. Cela ne devient inconfortable et douloureux que lorsque ces couches protectrices ne sont plus intactes, car alors les agents pathogènes peuvent pénétrer plus loin dans la dent et ainsi endommager la dentine et la pulpe ou même détruire complètement la dent.

La vulnérabilité aux dommages varie considérablement d'une personne à l'autre - certains ont la chance d'être «immunisés» contre les nombreux germes de la bouche sans trop d'effort grâce à leur fort émail et à leurs gencives insensibles, tandis que d'autres pratiquent une hygiène bucco-dentaire intensive et continuent de contracter des infections des gencives encore et encore. et parodontite. Dans ces cas, le système immunitaire semble moins fort, ce qui est héréditaire, mais peut également être causé par des maladies telles que le diabète sucré et également favorisé par des facteurs tels qu'une alimentation déséquilibrée, une activité physique insuffisante, le stress, l'alcool et le tabagisme.

L'hygiène bucco-dentaire joue un rôle central. Au moins deux fois par jour, un brossage minutieux des dents et l'utilisation d'autres aides comme la soie dentaire, les brosses interdentaires et l'irrigateur buccal, en conjonction avec des contrôles annuels et un nettoyage mécanique des dents (nettoyage professionnel des dents, en bref: PZR), offrent au dentiste la meilleure protection contre les maladies et les maux de dents sévères .

Les maux de dents peuvent avoir de nombreuses causes différentes. Dans de nombreux cas, l'inflammation des nerfs dentaires, des gencives ou de la structure dentaire est le déclencheur, ainsi que le traitement dentaire (obturation, traitement du canal radiculaire, etc.), l'irritation peut entraîner des symptômes sévères, qui disparaissent généralement après un certain temps. Des causes plus éloignées de la bouche sont également possibles - des maux de tête, une otite moyenne, une infection des sinus ou un zona sont possibles.

Maux de dents dus à la carie dentaire

Une cause très fréquente de maux de dents est la carie dentaire contagieuse (carie latine: «pourriture», «pourriture»), également connue sous le nom de «carie dentaire» et qui est la maladie la plus courante de la structure dentaire. Plusieurs facteurs sont responsables du développement de la carie dentaire, mais la cause principale est des bactéries de type Streptococcus mutans, qui se trouvent dans la plaque dentaire et décomposent les glucides ou le sucre des aliments.

Au cours de ce processus de déminéralisation ou de déminéralisation, un acide se forme en tant que produit métabolique, qui attaque l'émail et en libère des minéraux individuels tels que le calcium. La force de cette attaque acide dépend d'une part de la taille du nombre de bactéries, mais aussi de la fréquence à laquelle des aliments riches en glucides sont consommés et de la durée de leur séjour dans la bouche - car ce n'est pas la quantité qui cause les caries dentaires. aliments pertinents, mais plutôt la fréquence d’ingestion.

En conséquence, l'hygiène bucco-dentaire joue ici un rôle central: ceux qui se brossent les dents régulièrement et nettoient soigneusement les surfaces dentaires de la plaque dentaire, des bactéries et de l'acide - ceux qui négligent les soins, en revanche, risquent la carie dentaire. L'importance de la salive ne doit pas non plus être sous-estimée, car elle contient du calcium et du fluor, qui peuvent «reminéraliser» les dents et réparer les dommages qui en résultent. De plus, la salive a un effet neutralisant et nettoie les surfaces dentaires des bactéries - par conséquent, une salivation restreinte (oligosialie) peut favoriser les caries.

Si la dent ne peut pas être reminéralisée en raison d'une mauvaise hygiène ou d'un manque de salive, l'émail se dissout lentement, provoquant des caries. Il existe une forme précoce, la soi-disant «carie initiale», dans laquelle la perte minérale dans l'émail des dents apparaît comme une tache blanchâtre - d'où le terme familier «tache de craie».

Si une hygiène bucco-dentaire intensive et une fluoration sont effectuées immédiatement dans cette phase, il y a de bonnes chances de guérison, sinon le dentiste doit enlever les taches carieuses puis avec une obturation dentaire (par exemple amalgame) ou avec une incrustation préfabriquée en métal, Sceller les céramiques ou les plastiques spéciaux. Si le patient ne répond pas à temps, la carie à progression lente peut affecter la dentine (dentine) et finalement le nerf dentaire, ce qui signifie que dans le pire des cas, la dent doit être extraite (extraction).

Les caries commencent à la surface des dents, souvent précisément dans les sillons, les rainures et les fossettes des dents ou sur la ligne des gencives entre deux dents adjacentes - des endroits où le nettoyage n'est souvent pas effectué avec suffisamment de soin en raison de la difficulté d'accès. En conséquence, les bactéries causant les caries se déposent dans la plaque résultante et produisent l'acide endommageant les dents, qui pénètre ensuite dans l'émail des dents. Comme il n'y a pas de nerfs dans la dent, l'attaque acide sur la dent ne provoque pas de douleur au début; au lieu de cela, comme décrit ci-dessus, les décalcifications se forment d'abord au stade préalable de la carie réelle, qui deviennent visibles sous forme de taches blanches sur les dents.

Si la carie initiale existe depuis longtemps, ces taches deviendront brunâtres à cause des pigments de couleur de la nourriture («dents brunes»), ce qui souvent ne cause aucune douleur. Si la maladie progresse et affecte la dentine sous l'émail, dans la plupart des cas, des symptômes apparaissent pour la première fois, des maux de dents qui s'aggravent lorsque vous mangez des aliments ou des boissons chauds, froids, sucrés ou acides.

Comme la dentine est moins stable que l'émail, il existe un risque que les bactéries se propagent davantage et que les caries affectent d'autres zones de la dent. Si la maladie n'est pas détectée ou traitée, des caries dentaires profondes (caries profondes) ou des caries pénétrantes (caries penetrans) peuvent survenir, ce qui survient lorsque la carie dentaire a complètement pénétré la dentine et a maintenant atteint la pulpe dentaire. Si cela s'enflamme, une douleur extrêmement intense peut survenir et l'inflammation peut également s'étendre dans la mâchoire, ce qui, dans certains cas, ne peut que faciliter le retrait de la dent.

Même les petits enfants courent déjà un risque élevé de caries, surtout s'ils boivent fréquemment des boissons contenant du sucre ou de l'acide de fruits au biberon («caries du biberon»), ce qui rince le film de salive et favorise la croissance bactérienne due au sucre ingéré. Les incisives sont particulièrement touchées, ce qui peut rapidement conduire à une destruction complète.

Important: En conséquence, le biberon ne doit jamais être utilisé en remplacement de la tétine, mais uniquement pour la prise de liquide - et seulement jusqu'à ce que l'enfant soit capable de boire indépendamment de la tasse. Les parents doivent également veiller à ne pas lécher la tétine ou le biberon pour éviter la transmission de bactéries causant les caries.

Inflammation des maux de dents / inflammation du nerf dentaire

Si, en plus de la douleur, il y a une sensation claire de pression sur une dent, il peut s'agir d'une inflammation de la pulpe dentaire (médicalement «pulpe»), qui remplit l'intérieur de la dent et est entourée par les substances dentaires dures l'émail dentaire, la dentine et le ciment de racine. Étant donné que celle-ci est traversée par de fines fibres nerveuses ou le nerf dentaire, la pulpite est souvent également appelée inflammation dentaire, en raison de la localisation de l'inflammation dans d'autres cas également sous le nom d'infection des racines dentaires.

La maladie est généralement causée par la carie, car si elle n'est pas reconnue à temps, les bactéries carieuses sont capables de «manger» couche par couche à travers la dent. De cette façon, ils peuvent atteindre la pulpe dentaire interne et y déclencher une inflammation, qui peut s'étendre plus loin jusqu'à l'extrémité de la racine dans le canal radiculaire.

En plus des caries, les déclencheurs mécaniques sont moins souvent considérés, par exemple, une blessure due à un coup sur la dent, des grincements de dents ou une chute, dans laquelle la structure dentaire se rompt et le nerf dentaire est exposé. Un traitement dentaire (par exemple la mise en place d'un plombage, la préparation de la dent pour une couronne) peut également conduire à une telle irritation, les dents de sagesse qui se sont déformées ou décalées en sont parfois responsables.

Une parodontite non ou insuffisamment traitée peut également se propager à la racine de la dent et provoquer une inflammation. Il y a une augmentation de la pression dans la pulpe dentaire, ce qui provoque soudainement une douleur intense, lancinante ou piquante qui survient également la nuit. Une douleur par morsure est typique, dans de nombreux cas, elle ne peut initialement pas être attribuée à exactement une dent, parfois même pas à une mâchoire.

De plus, il existe une sensibilité accrue aux plats et boissons froids ou chauds. Cependant, comme cette réaction peut également être causée par des collets de dents ouverts ou une irritation des gencives, un dentiste doit être consulté dès que possible pour clarifier ces symptômes.

Danger: Une visite chez le dentiste est particulièrement importante ici, car avec la pulpite, il y a un grand risque que l'inflammation se propage par la pointe de la racine vers la mâchoire et les tissus environnants, ce qui peut entraîner des abcès très douloureux. En outre, si l'os de la mâchoire est affecté, une perte osseuse peut survenir rapidement, ce qui entraîne à son tour une perte de gencive, des collets de dent exposés et finalement une perte de dents, ce qui peut également affecter des dents saines. Il est tout aussi important de ne pas se laisser aveugler par une absence soudaine de douleur - parce qu'il y avait au départ une douleur intense et une pulsation inconfortable, qui s'arrête soudainement, cela peut aussi être un signe que la pulpe dentaire est en train de mourir (dent «morte»).

Douleurs des dents dues à la parodontite

Une autre raison fréquente de maux de dents sévères est la parodontite, communément appelée parodontite. Il s'agit d'une inflammation bactérienne du lit de la dent, qui va généralement de pair avec la destruction du soi-disant porte-dent (parodontal), c'est-à-dire toutes les structures nécessaires pour ancrer fermement la dent dans l'os de la mâchoire (gencives, os, Peau de racine, ciment de racine).

La maladie infectieuse survient à la suite de la plaque dentaire sur les surfaces dentaires et dans les espaces interdentaires. Ce revêtement est initialement encore mou et peut être enlevé relativement facilement par une hygiène dentaire soignée. Si cela ne se produit pas, les minéraux de la salive sont stockés et la plaque se durcit en tartre, ce qui à son tour rend les surfaces dentaires rugueuses et constitue ainsi un site de nidification idéal pour les bactéries.

Le revêtement dur d'une part irrite les gencives sensibles et, en même temps, les toxines produites par les bactéries de la plaque pénètrent dans les gencives adjacentes. Au cours de la propre défense du corps, une inflammation des gencives (gingivite) se développe, ce qui empêche la pénétration des bactéries dans les tissus plus profonds (au moins pendant un certain temps). Dans ce cas, les gencives deviennent rouges et gonflent, parfois elles se relâchent et ne s'assoient plus fermement entre les espaces interdentaires, souvent il y a aussi une diminution des gencives et des saignements de gencives - souvent avec le moindre contact.

La douleur est rare dans la gingivite. Cependant, si l'inflammation n'est pas traitée rapidement par le dentiste, elle peut rapidement évoluer en parodontite, à la suite de laquelle l'inflammation se propage progressivement à toute la structure dentaire. En conséquence, les gencives se détachent de la dent et forment des espaces entre les gencives et la racine de la dent (poches gingivales), dans lesquelles les bactéries peuvent continuer à se multiplier sans entrave. L'inflammation continue de détruire les tissus, les gencives rétrécissent de plus en plus, rendant la dent plus lâche et, dans le pire des cas, défaillante.

La gravité de la maladie et sa durée dépendent de l'agressivité des bactéries d'une part et de l'état du système immunitaire d'autre part. Une hygiène bucco-dentaire inadéquate, des facteurs génétiques, le stress, l'utilisation de certains médicaments (par exemple, antihypertenseurs ou vasodilatateurs) ou des maladies générales telles que le diabète peuvent favoriser la parodontite.

Le tabagisme est un autre facteur clé. Les fumeurs sont beaucoup plus à risque que les non-fumeurs car la consommation de tabac affecte le système immunitaire, ce qui rend les bactéries encore plus faciles et plus rapides à coloniser. De plus, la consommation de cigarettes aggrave la circulation sanguine dans la bouche, rendant les gencives plus sensibles aux infections. Les fumeurs répondent donc mal au traitement de la parodontite, et il y a souvent des cas où la maladie ne guérit pas malgré le traitement.

Une parodontite persistante peut non seulement entraîner une perte osseuse et dentaire importante, mais peut également avoir des effets négatifs sur tout le corps et, par exemple, favoriser des maladies cardiovasculaires telles qu'une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, le diabète ou l'arthrite. Même avec l'obésité, la démence et la naissance prématurée, les experts soupçonnent un lien avec une mauvaise santé dentaire.

Danger: Il existe plusieurs signes avant-coureurs de développement d'une parodontite, auquel cas un dentiste doit être consulté immédiatement afin d'arrêter les progrès ultérieurs et d'éviter de pires conséquences. Particulièrement visibles ici sont les gencives décolorées et enflées rouge à rouge-bleuâtre foncé en raison de la gingivite, qui commence à saigner lorsque vous vous brossez les dents, mais souvent même au moindre contact ou en mangeant. De plus, il y a souvent mauvaise haleine, difficulté à goûter, parfois mal de dents et extrême sensibilité au toucher, diminution des gencives, changements de position des dents ou lors de la pose de prothèses partielles et relâchement des dents.

Cause du grincement des dents (bruxisme)

Les symptômes peuvent être causés par des grincements constants de dents (médical: bruxisme). Cela signifie une pression inconsciente sur les dents, généralement la nuit, mais aussi pendant la journée, ce qui est estimé à environ une dent sur trois. Le bruxisme peut avoir diverses causes, souvent c'est le stress ou la pression mentale qui est transmis aux muscles de l'appareil à mâcher et conduit à des crampes, qui à leur tour se manifestent par le craquement.

Outre les facteurs psychologiques, des obturations, incrustations, bridges, couronnes ou prothèses mal fabriqués ou pas (plus) exactement ajustés entrent en ligne de compte, ce qui fait que les dents ne se tiennent plus correctement les unes sur les autres. En conséquence, il peut arriver que l'appareil à mâcher devienne «incontrôlable» la nuit et que la personne concernée se mette à craquer dans le but de réguler la malposition. L'alcool, la caféine, certains médicaments et le tabagisme sont considérés comme des facteurs de risque supplémentaires.

Le grincement des dents n'est normalement pas un phénomène isolé, mais il est généralement associé à une fatigue diurne chronique et à une lassitude due au «travail» pendant le sommeil et à de brèves interruptions respiratoires pendant le sommeil (apnée du sommeil). Si elle persiste plus longtemps, la forte pression exercée sur la substance dentaire peut entraîner des dommages considérables à l'émail dentaire et au porte-dent, souvent accompagnés de maux de dents sévères.

Mais non seulement les dents sont à risque - les articulations de la mâchoire et les muscles à mâcher peuvent également être endommagés par les surcharges, ce qui entraîne des tensions dans la région de la tête et du cou et des syndromes douloureux sévères (maux de tête, douleurs faciales) ou un dysfonctionnement craniomandibulaire (CMD), mais aussi acouphènes ou bourdonnements dans les oreilles, troubles visuels, étourdissements et nausées.

Problèmes dentaires avec le zona

Les maux de dents peuvent indiquer un zona (herpès zoster). C'est une maladie virale inflammatoire qui peut toucher le visage ou l'estomac, mais aussi tout le corps. Les caractéristiques du zona sont principalement une éruption cutanée douloureuse, striée, vésiculaire et qui démange sur un côté du corps, qui est causée par le fait que les quatre provoquent initialement une inflammation des nerfs, qui passe ensuite dans la peau et y entraîne des dommages majeurs.

La maladie est déclenchée par le virus varicelle-zona, qui dans la plupart des cas est déjà transmis dans l'enfance, puis se manifeste d'abord sous forme de varicelle et est réactivé plus tard dans la vie sous forme de zona. Un système immunitaire affaibli est le principal déclencheur de cette réactivation, mais d'autres facteurs tels que le stress, le stress psychologique, l'irritation cutanée ou les rayons UV ou les coups de soleil sont également possibles.

Avant l'apparition des vésicules rougeâtres et purulentes typiques le long du nerf affecté, la première phase de la maladie est généralement caractérisée par de la fatigue, de la fatigue et de la fièvre, et l'inflammation du nerf provoque également une douleur intense et parfois une brûlure sévère. Si le zona affecte (également) le visage, des maux de dents, une perte auditive, des troubles visuels ou une perte musculaire faciale sont possibles.

Cause de l'éruption dentaire

Chez les bébés et les enfants en particulier, mais aussi chez les adultes, les dents douloureuses peuvent être causées par la percée d'une dent (de sagesse). La «dentition» (médicale: dentition) se déroule en deux phases, qui sont chronométrées en fonction de la croissance générale du corps et du rapport entre la mâchoire et la taille du crâne. C'est ainsi que la première dentition - l'éruption des dents de lait - commence généralement entre le 6e et le 30e mois de vie, la première dent étant généralement une incisive inférieure moyenne.

À l'étape suivante, les incisives médianes supérieures puis latérales traversent dans la plupart des cas jusqu'à ce que les canines deviennent visibles à l'étape suivante. Les molaires sont généralement les dernières à apparaître, les premières émergeant généralement entre 12 et 16 mois.

Dans la deuxième phase de la dentition, la dentition permanente perce (latin: dentes permanentes). Dans la plupart des cas, cela se produit entre 6 et 14 ans et commence de la même manière que la première phase (mésiale). Une exception sont les dents de sagesse, qui se développent relativement tard et ne se transforment que chez la plupart des personnes à l'âge adulte - mais ne sont parfois même pas créées.

La dentition peut être un processus très problématique, surtout s'il s'agit d'une éruption dentaire difficile (Dentitio difficilis). Un manque d'espace dans la mâchoire signifie que les dents de lait ou les dents de sagesse ne trouvent pas assez d'espace pour percer correctement. En conséquence, la dent n'éclate pas ou seulement partiellement, ce qui peut rapidement entraîner le dépôt de bactéries ou de résidus alimentaires. Cela peut à son tour entraîner une inflammation purulente et la douleur massive associée, un gonflement, la formation d'abcès et de la fièvre.

Douleur après un traitement dentaire

Il n'est pas rare que des plaintes surviennent après un traitement dentaire, car si une dent est travaillée (par exemple lors du remplissage ou de l'insertion d'une couronne), le nerf dentaire est généralement irrité. Même après une opération (par exemple, une chirurgie des dents de sagesse), le corps est initialement pleinement engagé dans la guérison, ce qui peut être associé à des douleurs et à un gonflement pendant un certain temps. Cependant, s'ils durent plus longtemps et / ou s'aggravent ou deviennent une douleur lancinante et lancinante, un dentiste doit absolument être consulté pour vérifier si une infection de la plaie peut s'être développée.

Mal de dents comme signe d'avertissement de crise cardiaque

En cas d'urgence, des problèmes dentaires peuvent indiquer une crise cardiaque (infarctus du myocarde). Bien que cela se manifeste généralement principalement par une douleur thoracique soudaine, forte, brûlante ou oppressante, elle peut également être ressentie jusqu'au dos, au bras, à l'abdomen, à l'épaule ou à la mâchoire et, dans ce dernier cas, peut entraîner des maux de dents.

Chez les femmes, les douleurs thoraciques sont beaucoup moins fréquentes que chez les hommes en tant que signe avant-coureur d'une crise cardiaque - dans la période qui précède, il y a plutôt une fatigue, un essoufflement ou des troubles du sommeil plus fréquents, et des problèmes d'estomac, des nausées, des maux de dos et des maux de dents sont plus fréquents en rapport avec une crise cardiaque que chez les hommes.

Dans de très rares cas, des douleurs au niveau des dents et de la mâchoire peuvent même être le seul signe d'un infarctus. Habituellement, cependant, un essoufflement sévère, des sueurs froides, des nausées et des vomissements ainsi que des problèmes circulatoires ou des étourdissements, une peau pâle, de la peur et une forte sensation d'oppression ou d'oppression dans la poitrine apparaissent comme des symptômes typiques. Danger: Avec ces signes, il est important d'appeler immédiatement l'ambulance ou le médecin d'urgence au numéro de téléphone 112 pour éviter le danger aigu pour la vie d'un infarctus et pour maintenir les dommages consécutifs aussi bas que possible.

Autres causes de dents douloureuses

Dents irrégulièrement développées et tordues ou un désalignement de la mâchoire peut parfois provoquer des maux de dents massifs, ainsi que des orthèses mal ajustées ou trop serrées, une prothèse, un bridge ou une couronne mal ajustés. Dans tous les cas, la mâchoire devient défectueuse ou surchargée, ce qui provoque rapidement des douleurs dentaires et des problèmes de mastication.

Une autre option est Douleur au visage et à la bouche, qui dans certains cas irradient jusqu'aux dents et provoquent des plaintes ici. Les maux de tête ou les migraines entraînent souvent une sensation de pression ou de tiraillement dans la zone des dents, tout comme un rhume inoffensif, une sinusite ou une infection de l'oreille moyenne peuvent affecter la zone de la dent et provoquer une sensation d'inconfort ou même de la douleur.

Dans de nombreux cas, les plaintes sont liées Troubles du nerf facial comme une soi-disant névralgie du trijumeau. Ce type de douleur faciale affecte le nerf "nerf trijumeau", qui envoie le signal "douleur" au cerveau malgré une peau intacte, ce qui provoque soudainement un "choc électrique" et des attaques de douleur massives sur le visage. En conséquence, ces plaintes font partie des douleurs les plus graves de toutes, qui n'affectent souvent pas seulement le visage, mais peuvent également irradier, par exemple, la zone des dents ou des oreilles.

UNE Augmentation de la pression intraoculaire (Appelé glaucome ou «glaucome») peut être lié à des maux de dents. Cette maladie est une urgence absolue, car la pression intraoculaire augmente soudainement massivement et endommage ainsi le nerf optique. En conséquence, des maux de dents, de la fièvre et des frissons peuvent apparaître de nulle part, mais les douleurs oculaires, les maux de tête, les nausées et les vomissements sont plus courants. La plupart du temps, la vision est réduite, la pupille se dilate fortement, le globe oculaire devient dur, l'œil devient plus sensible à la lumière et aux larmes.

Danger: Dans de nombreux cas, le glaucome aigu est précédé d'une vision brumeuse ou d'un scintillement oculaire, dans lequel un médecin doit être consulté immédiatement afin d'éviter d'éventuelles lésions oculaires graves.

Diagnostic et traitement des caries

Si le mal de dents est dû à la carie, la thérapie dépend de son évolution, de son lieu et des symptômes. En conséquence, le traitement ciblé est basé sur une détermination minutieuse et précise de la profondeur de la carie et de l'état de la dent affectée. À cette fin, le dentiste dispose d'un certain nombre d'options, telles que l'utilisation de ce que l'on appelle des détecteurs de caries ou des détecteurs de caries, ce qui signifie des liquides qui utilisent un colorant pour indiquer où se trouve une substance cariemment altérée sur la dent.

Les rayons X (image panoramique) peuvent être très utiles dans le diagnostic de la carie, mais il convient de noter ici qu'elle ne devient visible sur l'image radiographique que dans une certaine mesure. Eine etwas strahlungsärmere Variante bietet ein Zahnfilm bzw. Einzelfilm, bei welchem je nach Aufnahme etwa zwei bis vier Zähne auf einem Röntgenbild dargestellt werden und die sich im Vergleich zum Panoramabild durch eine unübertroffene Detailgenauigkeit auszeichnen.

Die anschließende Behandlung richtet sich nach dem Stadium, in welchem sich die Karies befindet. So kann die noch umkehrbare Initialkaries in den meisten Fällen mit einer Fluoridtherapie schnell behoben werden, da im Rahmen dieser der Zahnschmelz remineralisiert und gehärtet wird. Hier sollte jedoch insbesondere bei fluoridhaltigen Zahncremes darauf geachtet werden, diese nur gelegentlich zu verwenden, um zu vermeiden, dass durch Ablagerungen weiße Flecken auf den Zähnen entstehen.

Ist die Karies weiter fortgeschritten und betrifft nicht mehr nur den Schmelz, sondern auch das Dentin bzw. das Zahnbein, liegt bereits eine sogenannte Dentinkaries (Caries media) vor, bei der es zu bräunlichen Verfärbungen der Zähne durch eingelagertes Pigment kommt. Hier hilft eine Remineralisierung nicht mehr aus, stattdessen ist meist eine umfangreiche zahnärztliche Behandlung notwendig, bei der die kariöse Schädigung sowie ein kleiner Teil des gesunden Zahnes mittels eines Bohrers entfernt wird, um eine erneute Bildung von Karies zu vermeiden. Alternativ dazu kann die Karies mithilfe eines Lasers beseitigt werden, was weniger Schmerzen als die klassische Bohrer-Technik bereitet, aber leider bislang noch nicht von den gesetzlichen Krankenkassen übernommen wird.

Im Anschluss an die Kariesentfernung wird das entstandene „Loch im Zahn“ (Kavität) mit einer Füllung („Plombe“) verschlossen für die je nach Fall unterschiedliche Materialien wie zum Beispiel Amalgam, Gold, Porzellan oder Kunststoff zur Verfügung stehen. Ist die Karies so weit fortgeschritten, dass bereits der Nerv angegriffen ist, wird im Regelfall eine Wurzelbehandlung durchgeführt, bei welcher der Zahn bis zur Wurzel aufgebohrt und der Nerv entfernt wird. In Folge dessen wird zwar aufgrund des fehlenden Nervs kein Schmerz mehr empfunden, der Zahn sitzt nun aber durch den fehlenden Halt viel lockerer und kann dementsprechend auch schneller ausfallen. Kann der Zahn gar nicht mehr gerettet werden, bleibt nur noch das Ziehen sowie die anschließende Füllung der entstandenen Lücke durch eine Brücke oder ein Zahnimplantat, um zu vermeiden, dass sich die übrigen Zähne verschieben oder der Kiefer verändert.

Vorbeugen von Karies

Da die Behandlung von Karies nicht nur sehr schmerzhaft, sondern auch sehr zeitintensiv und teuer werden kann, ist es umso wichtiger, der Krankheit vorzubeugen. Im Zentrum steht die eigene Zahnhygiene, denn die verursachenden Bakterien können nur durch regelmäßiges, sorgfältiges Zähneputzen sowie die Verwendung von Zahnzwischenraumbürstchen und Zahnseide für die Kontaktbereiche der Zähne wirklich im Zaum gehalten werden.

Neben dem sind regelmäßige – das heißt alle sechs Monate – stattfindende zahnärztliche Kontrollen wichtig, um eine Karies bereist im Anfangsstadium entdecken und entsprechend behandeln zu können. Unterstützend wirkt hier eine professionelle Zahnreinigung (PZR), bei der bereits bestehende Plaque entfernt und die Zahnoberfläche so poliert und geglättet wird, dass dort keine Bakterien mehr festsetzen können. In diesem Zusammenhang besteht auch die Möglichkeit, die Zahnschmelzoberfläche zu schützen, indem der Zahnarzt eine spezielle Lackbeschichtung aufträgt.

Eine Tiefenfluoridierung kann für nachhaltigen Schutz sorgen, bei welcher ein bestimmtes Gel aufgetragen wird, das über einen längeren Zeitraum hinweg Fluorid an den Zahn abgibt und dadurch den Zahnschmelz robuster gegenüber Bakterien werden lässt. Insbesondere bei Kindern und Jugendlichen kommt häufig eine sogenannte Zahnversiegelung (oder auch Fissurenversiegelung) zum Einsatz, bei der die Zähne bzw. die Zahnfissuren zur Vorbeugung vor Karies mit einer dünnen Schicht aus Kunststoff oder Glasionomerzement überzogen werden.

Therapie bei Parodontitis

Da sowohl das Zahnfleisch als auch das darunter liegende Gewebe bei einer Parodontitis geschädigt werden, ist eine zielgerichtete Behandlung besonders wichtig, um die verursachenden Bakterien zu eliminieren und die Entzündung zu heilen. Zunächst steht eine sorgfältige Vorbehandlung an, bei der weiche und harte Zahnbeläge bzw. Plaque – die Hauptverursacher der Parodontitis – entfernt sowie die Zahnoberflächen geglättet werden, damit sich später Beläge und Bakterien nicht mehr so leicht festsetzen können. Im Anschluss daran gibt der Zahnarzt individuelle Tipps für eine gründliche Zahn- und Mundhygiene, die unerlässlich ist, um eine Parodontitis zu bekämpfen und zukünftig vorzubeugen.

Der weitere Fortgang der Therapie wird dann vom jeweiligen Stadium der Krankheit bestimmt. Daher ist hier das Ausmaß eines möglichen Knochenabbaus zentral, welches der Zahnarzt durch Röntgenaufnahmen und Messen der Tiefe der Zahnfleischtaschen eruiert. Sind die Taschen weniger als 5 mm tief, kann die Entzündung in den meisten Fällen noch auf recht schonende Weise mit einer sogenannten geschlossenen Kürettage behandelt werden. Dabei wird die Wurzeloberfläche von Bakterien und festen Belägen mit Hilfe spezieller Instrumente (Kürette, Ultraschall) intensiv gesäubert und geglättet, was unter örtlicher Betäubung geschieht, sodass die Behandlung normalerweise keine Schmerzen verursacht. Allerdings kann es zu starken Blutungen kommen, außerdem berichten Betroffene häufig von einem Druckgefühl und unangenehmen Schabe-Geräuschen.

Sofern die geschlossene Kürettage keinen Erfolg bringt oder die Zahnfleischtaschen tiefer als sechs Millimeter sind und/oder bereits über einen längeren Zeitraum bestehen, erfolgt meist eine offene Kürettage. Bei dieser wird das Zahnfleisch mit dem Skalpell eingeschnitten, um die entzündete Stelle besser zu erreichen und die Taschen gründlich reinigen und von Bakterien befreien zu können. Zu diesem Zweck wird immer häufiger auch eine Lasertherapie durchgeführt, die sich vor allem bei einer Taschentiefe von 4 bis 5 cm eignet. Hier schneidet der Zahnarzt das Zahnfleisch nicht mehr ein, sondern tötet stattdessen die Bakterien mit Laserlicht ab, wodurch die Behandlung zum einen völlig schmerzfrei verläuft und die Entzündung schneller abheilen kann.

Sind die Bakterien erfolgreich abgetötet, ist eine anschließende gründliche und regelmäßige bzw. tägliche Zahnpflege ein Muss, um zu verhindern, dass sich neue Beläge bilden. Dabei ist nicht nur die Zahnbürste unverzichtbar, sondern auch Zahnseide und Zahnzwischenraumbürsten, um die Beläge an schwierig zu erreichenden Stellen entfernen zu können.

Mundspüllösungen und Zungenschaber können ebenfalls dazu beitragen, die Anzahl der Bakterien im Mund zu minimieren – gerade Spülungen wie „Chlorhexidin“ sollten allerdings nur nach Absprache mit dem Arzt und nur über einen kurzen Zeitraum verwendet werden, da sie unter anderem zu Geschmacksirritationen führen und die Zähne dunkel verfärben können. Lassen sich die Bakterien auf diese Weise nicht in den Griff bekommen, wird in selteneren Fällen auch ein Antibiotikum notwendig, welches entweder in Form einer Tablette eingenommen oder vom Arzt direkt in die Zahnfleischtaschen eingebracht werden kann.

Therapie bei Pulpitis

Liegt den Beschwerden eine Zahnwurzelentzündung bzw. Pulpitis zugrunde, so verschafft sich der Zahnarzt normalerweise zunächst mittels Klopftest, Begutachtung der Weichgewebe, Kariesdiagnostik und Röntgen einen Überblick über den bisherigen Verlauf und den Status Quo der Erkrankung. Im nächsten Schritt erfolgt in den meisten Fällen eine sogenannte Wurzelkanalbehandlung, wobei für diese bei noch lebendigem Zahnmark eine lokale Betäubung gesetzt wird. Ist die Pulpa hingegen bereits tot, ist eine Betäubung oft gar nicht mehr notwendig.

Bei der Behandlung wird der Zahn zunächst aufgebohrt, um im nächsten Schritt das entzündete Gewebe entfernen zu können. Die Wurzelkanäle werden dabei mit sehr feinen Feilen mechanisch gesäubert, zur Unterstützung wird der Kanal anschließend mit chemischen Substanzen (zum Beispiel Natriumhypochlorit) gereinigt, um die Bakterien abzutöten und abgestorbenes Pulpagewebe, Blut sowie abgetragenes Dentin aufzulösen und zu entfernen. Anschließend werden die Wurzelkanäle mit einer speziellen Masse aus Gummi (Guttapercha) und Versiegelungszement wieder aufgefüllt und damit abgedichtet. Liegt eine bakterielle Infektion vor, werden die Kanäle allerdings zunächst mit entzündungshemmenden und desinfizierenden Medikamenten versorgt.

Ist die Behandlung abgeschlossen, überprüft der Zahnarzt mithilfe eines Röntgenbildes die Füllung der Wurzel, erst danach wird das gebohrte Loch gefüllt. Dies geschieht zunächst provisorisch, um sicher zu gehen, dass die Entzündung tatsächlich vollständig behoben ist. Treten keine Beschwerden mehr auf, erhält der Zahn schließlich seine endgültige Füllung.

Ist die Zahnwurzelentzündung bzw. Zahnmarkentzündung sehr stark ausgeprägt oder hält weiter an, kann eine sogenannte Wurzelspitzenresektion (Apektomie) notwendig werden. Dabei handelt es sich um einen kleinen operativen Eingriff, bei dem der Arzt zunächst den Kiefer-Knochen eröffnet um dann ein Stück der Wurzelspitze des Zahnes entfernen zu können (Resektion). Führt auch diese Behandlung nicht zum Erfolg, kann der Verlust des gesamten Zahnes normalerweise nur noch durch die Halbierung des Zahns und die Entfernung des betroffenen Zahnteils oder Wurzelamputation vermieden werden, im Ernstfall kommt jedoch jedoch nur das Ziehen des gesamten Zahnes in Frage (Extraktion).

Behandlung bei Zähneknirschen

Um Schädigungen bzw. das Abschleifen der Zähne zu vermeiden, erhalten starke Knirscher normalerweise eine speziell angefertigte Kunststoff-Schiene („Aufbissschiene“), welche im besten Falle nicht nur in der Nacht, sondern auch tagsüber getragen werden sollte. Dadurch wird für Entspannung im Gelenkbereich gesorgt, welche oft durch physiotherapeutische Übungen, Wärmebehandlungen und Massagen wirkungsvoll unterstützt werden kann.

Durch diese Maßnahmen werden zwar Folgeschäden vermindert bzw. verhindert, die Ursachenbekämpfung bleibt jedoch aus. Da das Knirschen in vielen Fällen unbewusst geschieht, ist es daher wichtig, dass sich Betroffene dieses zunächst einmal bewusst machen – denn nur so besteht überhaupt die Möglichkeit, es sich abzugewöhnen. Je öfter man sich also bewusst beim Knirschen „ertappt“ und anschließend korrigiert, desto höher die Chance, dieses loszuwerden. Dementsprechend eignen sich hier kleine Hilfsmittel besonders gut, wie zum Beispiel eine tägliche Dokumentation der Knirsch-Episoden, um ein klares Bild zu erhalten, wann und in welchen Situationen die Zähne aufeinander gepresst werden.

Liegen dem Knirschen psychische Ursachen zugrunde, besteht die sinnvollste Maßnahme in einer geeigneten Psychotherapie, in der Konflikte bzw. seelische Belastungen ausgesprochen und auf diesem Wege bearbeitet werden können. In vielen Fällen helfen Entspannungsmethoden wie autogenes Training, progressive Muskelentspannung, Yoga oder Tai Chi beim Stressabbau und einem ruhigeren, entspannteren Umgang mit psychischen Problemen.

Bei Kindern hingegen stellt Zähneknirschen meist keinen Grund zur Besorgnis dar. Vielmehr ist es vor, während und nach dem Zahnwechsel ganz normal, dass der Verschluss von Zähnen des Oberkiefers und denen des Unterkiefers (Okklusion) zunächst abgestimmt bzw. „zurechtgebissen“ werden muss, was oft mit teilweise heftigen Knirschgeräuschen einhergeht.

Therapie bei Gürtelrose

Liegt eine Gürtelrose (Herpes zoster) vor, steht im Zentrum der Behandlung die Linderung der Symptome sowie die schnelle Ausheilung der Erkrankung – welche dementsprechend in den meisten Fällen im Laufe von etwa vier bis sechs Wochen überstanden ist. Wird die Erkrankung in einem frühen Stadium entdeckt und dadurch umgehend medikamentös behandelt, können die Schmerzen sowie die Bläschen bzw. Rötungen auf der Haut meist recht gut und schnell minimiert werden – daher ist es umso wichtiger, bereits bei den ersten Hinweisen auf einen Herpes Zoster einen Arzt aufzusuchen.

Als Medikament werden innerhalb der schulmedizinischen Behandlung normalerweise so genannte Virostatika (zum Beispiel Brivudin, Aciclovir oder Valaciclovir) eingesetzt, um eine weitere Vermehrung der Herpesviren zu hemmen, gegen die mit der Gürtelrose verbundenen Schmerzen kommen außerdem Schmerzmittel zum Einsatz.

Neben der medikamentösen Therapie sollten Betroffene unbedingt darauf achten, dem Körper ausreichend Ruhe zu gönnen. Die entzündeten Hautbereiche sollten möglichst immer trocken gehalten und sorgfältig und behutsam gepflegt werden. Hierfür sind in der Apotheke diverse Puder, Salben oder Sprays erhältlich, die beispielsweise durch den Inhaltsstoff Zink helfen können, dass die Bläschen schneller austrocknen und abheilen.

Ein leichter und atmungsaktiver Verband kann helfen, den Juckreiz zu lindern und verhindert gleichzeitig, dass die Blasen berührt und dadurch die Viren möglicherweise weiter verbreitet werden. Werden die Bläschen dennoch berührt, ist es sehr wichtig, auf eine entsprechende Hygiene zu achten und die Hände im Anschluss direkt gründlich zu waschen und zu desinfizieren. Außerdem sollte unbedingt vermieden werden, dass die Bläschen nicht aufgekratzt werden, um eine zusätzliche bakterielle Infektion zu vermeiden.

Hilfe bei Zahndurchbruch

Verläuft der Zahndurchbruch beim Baby bzw. Kind sehr schmerzhaft, stehen einige Tricks und Hilfsmittel zur Verfügung, um die Beschwerden ein wenig zu lindern. Hilfreich ist in vielen Fällen ein Beißring, der mit kaltem Wasser gefüllt wird, auch kalte Nahrung (zum Beispiel ein Stück gekühlte Karotte, Apfelschnitze oder gefrorene Banane) oder harte Brotkanten zum herumkauen und Saugen können sehr wohltuend wirken. Dabei ist jedoch unbedingt Vorsicht geboten, da das Kind – sofern bereits Zähne durchgebrochen sind – kleine Stücke abbeißen und sich daran verschlucken könnte. Es gilt, das Kind nicht aus den Augen zu lassen – und dem Baby im Zweifelsfall doch lieber den Beißring oder zum Saugen alternativ auch den eigenen Finger anzubieten.

Naturheilkunde bei Zahnschmerzen

Bei Zahnbeschwerden sollte immer zunächst ein Zahnarzt aufgesucht werden, um die Ursache zu klären und damit kein gesundheitliches Risiko einzugehen. Da sich dies jedoch nicht in jeder Situation sofort umsetzen lässt, bieten verschiedene Hausmittel bei Zahnschmerzen und Naturheilverfahren eine sanfte und natürliche (erste) Hilfe, um die Beschwerden zu lindern und den Heilungsprozess zu unterstützen.

Häufig genügt schon ein Gang in die Küche, wo beispielsweise Zwiebeln wunderbar Anwendung finden, indem sie kleingehackt und in ein Tuch gewickelt an die schmerzende Stelle gehalten werden und auf diesem Wege ihre antibakterielle Wirkung entfalten kann. Auch die Gewürznelke eignet sich hervorragend als Erste-Hilfe-Maßnahme bei Zahnschmerzen, denn diese verfügt über zahlreiche Phenolverbindungen und wirkt dadurch gerinnungs- und entzündungshemmend. Hier kann es helfen, eine Gewürznelke in die entsprechende Wangentasche zu stecken und darauf herumzukauen, ebenso kann eine Massage des Zahnfleischs oder eine Spülung mit einer Mischung aus Nelkenöl und Wasser desinfizierend und wohltuend wirken.

Ein weiteres traditionelles, vielfach bewährtes pflanzliches Heilmittel stellt die Kamille dar. Bei Zahnschmerzen kann diese auf verschiedene Weise zum Einsatz kommen, zum Beispiel können die Blüten mit etwas Verbandsmull eingepackt, dann in heißem Wasser getränkt und anschließend auf die betroffene Stelle gelegt werden – allerdings erst dann, wenn der Kamille-Verband etwas abgekühlt ist. Dann sollte dieser jedoch für einige Zeit dort gelassen und nach Bedarf erneuert werden.

Natürliche Hausmittel bei Schmerzen durch Zahnwachstum

Auch bzw. gerade im Zusammenhang mit dem Zahnwachstum kann es zu massiven Schmerzen kommen, die vor allem bei Babys und Kleinkindern für viel Unmut und schlaflose Nächte sorgen. Doch auch diese Form des Zahnwehs kann sehr gut natürlich behandelt werden und den Einsatz von Medikamenten überflüssig machen – zumal diese bei kleinen Kindern ohnehin gründlich überdacht werden sollte.

Ein beliebtes Mittel stellen hier sogenannte Bernsteinketten dar, die – um den Hals getragen – in geringen Mengen Bernsteinsäure an die Haut abgeben und dadurch unter anderem beschleunigend auf die Wundheilung wirken können. Eine kühlende Anwendung sorgt schnell und unkompliziert für Linderung. Hierfür kann beispielsweise das entzündete Zahnfleisch sanft mit einer Mischung aus einem Tropfen Kamille (römisch oder blau) und einen Esslöffel gutem Sonnenblumen- bzw. Rapsöl geben massiert werden. Alternativ kann Speiseeis aus Früchten, Milch oder Kamillenblüten-Tee selbst hergestellt und für die Kühlung der betroffenen Stellen verwendet oder dem Kind selbst zum Lutschen gegeben werden. Gegen die Entzündungen wirken lauwarmer Kamillenblüten- oder Salbeiblättertee.

Neben einer Massage mit Eis können die Finger sinnvoll eingesetzt werden, indem – am besten mit dem Zeigefinger – das Zahnfleisch des Kindes mit leichtem Druck sachte massiert wird. Hier gilt es jedoch, unbedingt darauf zu achten, dass die Finger sauber sind.

Isst das Kind bereits Beikost, können dem Kind alternativ zu gekühlten Beißringen auch harte Brotkanten oder zuvor im Kühlschrank gekühlte größere Apfel-, oder Karottenstücke zum Draufherumbeißen und Saugen gegeben werden. Da hier jedoch die Gefahr besteht, dass größere Stücke abgebissen und falsch verschluckt werden können, eignet sich gerade bei kleinen Kindern eine Veilchenwurzel noch besser als Zahnungshilfe. Diese ist in der Apotheke erhältlich, verursacht keine Karies und wirkt, indem sie durch das Daraufherumkauen beruhigende und schmerzlindernde Inhaltsstoffe abgibt.

Die Homöopathie kann generell bei Zahnschmerzen wirkungsvoll eingesetzt werden und bietet gerade kleinen Menschen beim Zahnen eine wirklich gute Alternative zu Medikamenten wie „Dentinox“ – welches unter anderem Alkohol enthält und dementsprechend ein ohnehin fragwürdiges Mittel darstellt. Hier gilt vor allem Chamomilla (Kamille) als das Hauptmittel für Babys bzw. Kinder, die aufgrund der Zahnungsbeschwerden viel weinen und schreien und gleichzeitig geschwollenes sowie extrem berührungsempfindliches Zahnfleisch haben. In diesem Fall ist die betreffende Gesichtshälfte meist rot und sehr heiß, die nicht betroffene Seite hingegen eher blass. Hinzu können Fieber, Magen-/Darmprobleme sowie ein grüner, sauer riechender Durchfall kommen.

Homöopathie und Schüssler Salze bei Zahnweh

Doch nicht nur Kindern kann die Homöopathie bei Zahnweh helfen, auch Erwachsene finden hier wohltuende erste Hilfe, um die Zeit bis zum Zahnarztbesuch zu überbrücken. „Klassiker“ ist Arnica, die bei dumpfen oder ziehenden Schmerzen nach einer zahnärztlichen Behandlung, aber auch bei Verletzungen des Zahnfleischs eingenommen werden kann.

Treten plötzlich starke und pulsierende bzw. stechende Zahnschmerzen auf, die teilweise bis in die Ohren ausstrahlen können und von einer „dicken Backe“, einem erhitzten Kopf und erhöhter Berührungsempfindlichkeit begleitet wird, kommt beispielsweise Belladonna (Tollkirsche) in Betracht. Werden die Zahnschmerzen unerträglich und verschlechtern sich in Verbindung mit Kälte, Hitze und während der Nacht und treten außerdem in Verbindung mit starker innerer Unruhe und Reizbarkeit auf, kann auch hier Chamomilla das Mittel der Wahl sein. Welches Homöopathikum und welche Potenz am Ende am geeignetsten ist, sollte im besten Falle ausführlich mit einem Heilpraktiker, Apotheker oder Arzt besprochen werden.

Alternativ können Schüssler Salze innerlich gegen Zahnschmerzen eingesetzt werden. Hier eignen sich vor allem Natrium Chloratum (Salz Nr. 8) sowie Manganum sulfuricum (Salz Nr. 17), von denen normalerweise 3 bis 6 mal täglich ein bis drei Tabletten genommen werden. Für Kinder ist hingegen eine Dosierung von einer halben bis zwei Tabletten je nach Alter und Körpergröße empfehlenswert, eingenommen ebenfalls drei bis sechs mal täglich.

Speziell bei kindlichen Zahnungsbeschwerden kommt außerdem das Salz Nr.2 Calcium phosphoricum in Betracht, welches beim Aufbau der Zahnmasse helfen sowie Schmerzen lindern soll. Auch das Salz Nr. 1 Calcium fluoratum kann bei Zahnschmerzen infolge des Zahndurchbruchs wirkungsvoll sein, da es die Elastizität des Gewebes verbessert und das Durchstoßen des Zahnes erleichtert. (Non)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux spécifications de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Dipl. Sciences sociales Nina Reese

Se gonfler:

  • David F. Murchison: Zahnschmerzen und Infektionen, MSD Manual, (Abruf 28.08.2019), MSD
  • Werner Geurtsen et al.: Kariesprophylaxe bei bleibenden Zähnen – grundlegende Empfehlungen, S2k-Leitlinie, Deutsche Gesellschaft für Zahnerhaltung (DGZ), Deutsche Gesellschaft für Zahn-, Mund- und Kieferheilkunde (DGZMK), (Abruf 28.08.2019), DGZMK
  • Thomas Weber: Memorix Zahnmedizin, Thieme Verlag, 5e édition, 2017

ICD-Codes für diese Krankheit:K08.8ICD-Codes sind international gültige Verschlüsselungen für medizinische Diagnosen. Vous pouvez trouver par exemple dans les lettres du médecin ou sur les certificats d'invalidité.


Vidéo: Aphtes, abcès: comment soigner les petits maux de bouche? (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Machupa

    Très très

  2. Damiean

    Je n'ai pas besoin de si bien!

  3. Wendlesora

    Je suis désolé, mais je pense que vous faites une erreur. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un e-mail en MP.

  4. Brendan

    Je pense que vous n'avez pas raison. Entrez, nous discuterons. Écrivez-moi dans PM.

  5. Martell

    Je considère que vous n'avez pas raison. Je suis assuré. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  6. Izz Al Din

    Aujourd'hui, j'ai beaucoup lu sur cette question.

  7. Melkree

    Do not puzzle over it!



Écrire un message