Naturopathie

Thérapie au gui - application, effets et expériences

Thérapie au gui - application, effets et expériences



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La thérapie au gui est une forme de traitement en naturopathie qui est aujourd'hui souvent utilisée en complément d'une thérapie alternative médicale contre le cancer. Le gui était une plante magique. On dit que les druides ne coupaient le gui qu'avec des faucilles dorées et faisaient extrêmement attention à ne pas laisser tomber la plante car elle perdrait prétendument son efficacité. La magie du gui a quelque chose à voir avec son type de croissance très spécial.

C'est un demi-parasite, ce qui signifie que pour grandir, il a besoin d'un arbre hôte. Ceux-ci comprennent le tilleul, le peuplier, les pommiers, le sapin et le robinier. Ces arbres peuvent souffrir un peu, voire mourir. Les racines du gui s'enfoncent profondément dans le bois de l'arbre et sucent ainsi les nutriments et l'eau de l'hôte. Le gui est vert même en hiver et a de petites fleurs blanchâtres à la fin de février qui ont un délicat parfum d'orange. Les branches vert clair de la branche de gui prennent de plus en plus la forme d'une sphère à mesure qu'elles grandissent. Le gui est une plante légèrement toxique et ne doit pas être cueilli en Allemagne car il s'agit d'une espèce végétale protégée.

Utilisation médicale du gui

Le gui était autrefois vénéré comme une panacée magique et même aujourd'hui, des bouquets de gui de Noël sont suspendus au-dessus de la porte d'entrée à certains endroits pour protéger la maison du négatif. Une vie heureuse est prévue pour un couple qui s'embrasse sous un bouquet de gui.

En médecine, Hildegard von Bingen utilisait du gui pour geler les membres. Chez Sebastian Kneipp, le gui était utilisé pour arrêter les saignements. Il est depuis longtemps recommandé aux épileptiques de porter une branche de gui car elle doit les protéger de la «chute» Aujourd'hui, Viscum album, nom latin du gui, est principalement utilisé pour traiter l'hypertension artérielle et pour accompagner ou traiter le cancer. Cependant, le spectre d'action de la plante est beaucoup plus large. Il a un effet hémostatique, anti-inflammatoire, antispasmodique et tonifiant (généralement renforçant) polyvalent. Le gui peut également être utile dans le traitement de l'artériosclérose, des maux de tête, de l'insuffisance cardiaque et des symptômes de la ménopause.

Les feuilles et les branches du gui sont utilisées. Afin de le préparer sous forme de thé, les parties de la plante doivent être traitées sous forme d'extraits froids. Avec la méthode d'extraction à froid, les substances légèrement toxiques sont libérées de la plante et le thé peut alors être bu. Le gui est généralement utilisé à l'extérieur, par exemple dans les varices, les ulcères ou l'eczéma, avec des enveloppes et sous forme de bains. Le gui est également utilisé dans la thérapie du cancer dans une préparation spécialement anthroposophiquement homéopathique ou phytothérapeutique.

Ingrédients du gui

Le gui contient environ 600 protéines différentes, selon l'arbre hôte. Les protéines les plus importantes sont les soi-disant lectines de gui. Celles-ci se produisent dans au moins vingt compositions différentes dans l'extrait total d'un gui. Les deuxièmes protéines les plus importantes sont les viscotoxines. Le gui contient environ un millier d'enzymes différentes, ainsi que des graisses, des flavonoïdes, ainsi que beaucoup de potassium et de phosphate. Le traitement de la plante de gui dépend des parties utilisées, du moment de la récolte, de l'arbre hôte et du fait qu'il s'agisse d'une plante femelle ou mâle. L'effet que la thérapie au gui utilise pour traiter le cancer ne se développe que par injection. D'autres effets sont obtenus avec l'administration orale, car de nombreux composés du gui sont décomposés dans le tube digestif.

Effet du gui dans le traitement du cancer

Le gui est la meilleure plante scientifiquement étudiée pour le traitement du cancer. Cependant, l'utilisation de la thérapie au gui est encore controversée à ce jour.

Selon l'approche de la thérapie au gui, l'administration de préparations de gui par injection se traduit par un effet immunomodulateur chez le patient. On dit que les extraits de gui renforcent le système immunitaire, améliorent la qualité de vie et réduisent les effets secondaires de la chimiothérapie et / ou de la radiothérapie. On dit aussi que les préparations de gui stimulent la mort cellulaire programmée dans les tumeurs malignes et freinent ainsi sa croissance. On dit également que la thérapie au gui aide les patients à retrouver leur appétit normal. La plante médicinale est également généralement considérée pour alléger l'humeur.

Traitement du cancer avec traitement du gui

La thérapie au gui pour le cancer a ses origines dans l'anthroposophie. Le gui était utilisé comme plante médicinale dans le traitement du cancer il y a plus de 85 ans. Rudolf Steiner, le fondateur de l'anthroposophie, a découvert le gui contre le cancer. Selon l'anthroposophie, l'homme se compose de quatre corps. Par quoi seul le corps physique est visible. Les trois autres corps existent sous forme d'aura, de trois couleurs différentes, autour du corps physique. Selon l'enseignement de Steiner, le cancer est un déséquilibre entre ces quatre corps qui doit être traité. C'est là qu'intervient la thérapie par le gui. La théorie anthroposophique dit que le gui draine l'énergie de l'arbre hôte et devrait donc aussi priver la tumeur de la vie.

La thérapie au gui est maintenant l'une des thérapies standard pour la défense biologique du cancer. Selon le fabricant, les préparations de gui utilisées dans la thérapie diffèrent également. Différents procédés d'extraction, des rapports de mélange des ingrédients et l'ajout d'argent ou de cuivre, par exemple, conduisent à des produits différents. Chaque type de cancer nécessite une thérapie à base de gui différente. L'arbre hôte joue un rôle important à cet égard.

En anthroposophie, la thérapie au gui n'est pas un médicament unique, mais fait partie d'un concept de traitement global qui est créé individuellement pour chaque patient.

Différents gui, c'est-à-dire provenant d'arbres hôtes différents, sont utilisés pour la production de préparations anthroposophiques de gui. Cela se voit également dans le nom des préparations. Par exemple, un M dans le nom signifie pommier, qui vient du terme latin malus = pommier. Le gui est collecté séparément pour chaque saison de récolte et différencié en plantes femelles et mâles, et soumis à différents processus et types de traitement selon le fabricant.

Puisque les idées anthroposophiques ne coïncident pas avec les sciences naturelles, l'application est encore très controversée.

Application de la thérapie au gui

En Allemagne, diverses préparations de gui sont disponibles pour la thérapie, certaines proviennent de l'anthroposophie, les autres sont affectées à la phytothérapie. La thérapie au gui peut être utilisée pour presque toutes les tumeurs. Cela se produit surtout sous la forme d'une injection, qui est généralement administrée par voie sous-cutanée (sous la peau). Cependant, certains médecins utilisent également les préparations de gui en infusion.

Commencez par une dose très faible et augmentez-la lentement jusqu'à ce que vous voyiez une rougeur au site de ponction. La rougeur est un signe de la réaction du corps à l'extrait de gui et est donc souhaitable. En fonction de la taille de la rougeur, la dernière dose utilisée est maintenue, augmentée ou diminuée. Il peut également être nécessaire de passer à une autre préparation avec le gui d'un autre arbre hôte. La première injection est généralement réalisée par un médecin afin de pouvoir intervenir immédiatement, en fonction de la réaction du patient. Pour chaque thérapie au gui, un plan individuel est adapté au patient. Le choix d'une préparation de gui appropriée dépend du type de maladie et également de l'expérience du médecin.

La thérapie au gui est souvent commencée avant le début de la chimiothérapie ou de la radiothérapie. Ceci permet de garantir que le patient survit plus facilement au traitement médical conventionnel ou avec moins d'effets secondaires. Cependant, les injections le jour de la chimiothérapie ou de la radiothérapie ne sont pas recommandées. De même, il ne doit jamais être injecté directement dans la zone à irradier.

Si le patient contracte une infection, le traitement par le gui est interrompu jusqu'à ce que l'infection ait disparu.

Effets secondaires de la thérapie au gui

La thérapie au gui est généralement bien tolérée. Une légère rougeur et un gonflement sont cependant des réactions possibles. Des symptômes pseudo-grippaux peuvent également apparaître occasionnellement. Ceux-ci peuvent généralement être influencés en modifiant la dose. L'allergie se produit rarement. Il est important que chaque réaction de l'organisme au traitement par le gui soit communiquée au médecin traitant afin que le traitement réussisse ou puisse être interrompu ou ajusté immédiatement en cas d'intolérances.

Lors de l'injection, de petits durcissements peuvent se produire si l'aiguille est réglée trop bas et que l'agent a pénétré dans la graisse sous-cutanée. A partir de là, le liquide administré ne peut pas se répartir correctement. Cependant, ces petits nœuds guérissent, au plus tard après quelques semaines. Une rougeur qui persiste plus de deux jours est le signe que la quantité d'extrait de gui a été sélectionnée trop élevée ou mal injectée.

Le gui en phytothérapie

Les préparations de gui, qui sont utilisées en Allemagne pour le traitement du cancer, peuvent également être utilisées comme phytothérapeutiques avec une teneur normalisée en lectine de gui isolée, ce qui permet un dosage exact. Lorsqu'ils sont utilisés pour le traitement du gui, ces agents sont dilués avec une solution saline physiologique avant la première injection afin de tester leur tolérance. S'il n'y a pas ou très peu de rougeur au niveau de la zone d'injection, le traitement est démarré à une concentration prédéterminée. Cependant, si la réaction locale est plus violente, l'agent est dilué davantage ou commuté sur une autre préparation. Le gui de peuplier est utilisé presque exclusivement pour les préparations phytothérapeutiques de gui.

Informations importantes sur la thérapie au gui

La thérapie au gui peut être commencée avant la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie, immédiatement après le diagnostic. Les extraits de gui renforcent le système immunitaire, renforcent l'organisme et préparent le corps à la prochaine thérapie médicale conventionnelle. Avant le traitement au gui, les valeurs sanguines doivent être vérifiées puis vérifiées à intervalles réguliers. La poursuite de la thérapie au gui pendant la chimiothérapie ou la radiothérapie est également avantageuse, mais ne doit pas être injectée dans la zone à irradier le même jour et pas directement. Même si le corps a déjà métastasé, la thérapie au gui peut être utilisée. La thérapie au gui revient souvent à l'appétit, le patient ne perd plus de poids et la qualité du sommeil augmente.

Encore et encore, il y a une question sur l'utilisation possible de la thérapie au gui pour le lymphome. Les oncologues qui s'opposent à la thérapie par le gui rejettent cela. Cependant, il n'y a pas de résultats qui parlent contre la thérapie au gui dans ce cas. Cependant, il est important que le traitement du lymphome soit effectué et surveillé par un médecin spécialiste. En général, ce traitement biologique du cancer ne doit être effectué que sous la surveillance d'un médecin expérimenté. La Society of Anthroposophic Doctors en Allemagne offre un aperçu des médecins qui y sont éligibles.

La thérapie au gui est généralement effectuée sur une période plus longue, en fonction de la maladie, peut-être pendant des années. Le médecin traitant doit également faire clarifier l'utilisation simultanée d'autres substances immunomodulatrices, comme l'extrait de thymus, car il n'y a toujours pas de résultats de recherche sur les interactions possibles avec d'autres agents biologiques.

La préparation de gui utilisée dans le cadre de la thérapie dépend de la maladie et de l'expérience du médecin. Dans ce cas, "le bon remède" n'existe pas. L'affirmation selon laquelle la thérapie au gui peut favoriser la croissance tumorale est discutée à plusieurs reprises, mais il n'y a aucune preuve scientifique à l'appui.

Les assureurs maladie couvrent les frais

Les caisses légales d'assurance maladie peuvent couvrir les coûts de la thérapie par le gui, mais ne sont pas obligées de le faire. La plupart des compagnies d'assurance maladie privées couvrent intégralement et à tout moment les coûts du cancer.

La préparation de gui doit être injectée

La thérapie au gui est réalisée en injectant les préparations sous la peau, car celles-ci seraient digérées et presque inefficaces si elles étaient utilisées par voie orale. Les enfants font exception, les gouttes de gui sont parfois utilisées ici. Chez les enfants, les muqueuses sont encore extrêmement perméables et la substance du gui pénètre dans le sang de cette manière. Cependant, aucune goutte de gui approuvée n'est disponible pour une utilisation orale en Allemagne. Ceux-ci doivent être commandés en Angleterre et doivent donc être payés vous-même.

Chaque patient peut apprendre à pulvériser ou demander à quelqu'un d'autre de le faire à sa place. La ponction n'est qu'une petite piqûre, car elle utilise une aiguille très fine. Diverses zones, telles que l'abdomen, le haut du bras ou la cuisse, conviennent pour l'injection. L'insertion près de la tumeur est optimale. Il y a deux moments de la journée appropriés pour la pulvérisation. Pour stimuler l'organisme, la pulvérisation est effectuée de sept à neuf heures du matin et pour soutenir la composante chauffante du gui entre cinq et sept heures du soir. Il ne devrait pas y avoir de changement constant entre les heures, mais le changement général vers une heure différente est possible. Un site d'injection différent est sélectionné pour chaque injection. Une demi-heure de repos doit alors toujours être observée.

L'injection pendant le traitement au gui peut provoquer une fièvre parfois même souhaitable, surtout si elle ne dépasse pas 38 degrés Celsius. La capacité de l'organisme à réguler la température corporelle en cas de cancer est souvent épuisée et peut être réapprise par la fièvre. Dans certains cas, une fièvre d'environ 39,5 degrés Celsius est provoquée, ce qui fait partie de la thérapie, mais ne doit être effectuée que sous la supervision d'un thérapeute expérimenté. (sw)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux spécifications de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Se gonfler:

  • Daniela Paepke: Thérapie au gui en oncologie; dans: In Focus Oncologie, Volume 21, Numéro 3, pages 64–68, Springer, 2018, springer.com
  • Witt, C.: Les oncologues devraient être informés de la thérapie par le gui, dans: Karger Kompass Onkologie, Volume 4, pages 20-21, 2017, karger.com
  • Peter Selg: l'homme et le gui. La raison du traitement oncologique du gui par Rudolf Steiner et Ita Wegman, Salumed-Verlag, Berlin 2016
  • Katharina Mulsow, Catharina Delebinski, Georg Seifert, Matthias F. Melzig: quantification de la lectine I de gui à partir de médicaments à base d'extrait de gui fini; dans: Zeitschrift für Phytotherapie, Volume 38, Numéro 4, page 148-152, Thieme Verlag, 2017, thieme-connect.com
  • Mohsen Marvibaigi, Eko Supriyanto, Neda Amini, Fadzilah Adibah Abdul Majid, Saravana Kumar Jaganathan: Effets précliniques et cliniques du gui contre le cancer du sein; dans: BioMed Research International, Volume 2014, hindawi.com
  • Anna Szurpnicka, Jordan K. Zjawiony, Arkadiusz Szterk: Potentiel thérapeutique du gui dans les troubles neurologiques liés au SNC et la composition chimique des espèces de Viscum; dans: Journal of Ethnopharmacology, Volume 231, pages 241-252, 1er mars 2019, sciencedirect.com
  • Sonja Schötterl, Jennifer T.Miemietz, Elena I.Ilina, Naita M. Wirsik, Ingrid Ehrlich, Andrea Gall, Stephan M. Huber, Hans Lentzen, Michel Mittelbronn, Ulrike Naumann: Les médicaments à base de gui fonctionnent en synergie avec la radiochimiothérapie en le traitement du gliome in vitro et in vivo chez les souris porteuses de glioblastome; dans: Médecine complémentaire et alternative fondée sur des preuves, Volume 2019, hindawi.com
  • M. Freuding, C. Keinki, O. Micke, J. Buentzel, Jutta Huebner: Le gui dans le traitement oncologique: une revue systématique; dans: Journal of Cancer Research and Clinical Oncology, Volume 145, Numéro 3, pages 695-707, mars 2019, springer.com


Vidéo: Les complications somatiques et Troubles du Comportement Alimentaire en chirurgie - Dr HANIFI (Août 2022).